fbpx
Sélectionner une page

Grande destination touristique de l’Afrique de l’Ouest, le Bénin est un pays qui étonne le monde par sa richesse culturelle. Incontestablement le berceau de la culture vodoun, le pays vibre toute l’année au rythme de sa religion traditionnelle dont l’emprise dépasse les frontières.

Curieux d’en apprendre davantage, surtout la vérité sur le vodoun au Bénin, cette culture incomprise et qui souffre encore d’innombrables préjugés ? Si oui, alors embarquons tout de suite dans un autre monde, celui du vodoun.

Le vodoun : pour la petite histoire

Né de la jonction entre les divinités « éwé » et « fon » avec les cultes traditionnels des dieux yoruba, le vodoun est bien plus qu’une religion. C’est une manière de vivre, avant d’être une pratique religieuse dans laquelle les adeptes adorent un dieu créateur nommé « Mahou » qui signifie en langue fon « Que l’on ne peut surpasser ».

Mais à la différence des autres religions, le vodoun met aussi en avant d’autres dieux, inférieurs au dieu tout puissant « Mahou ». Ces dieux, vêtus d’autorités et de pouvoirs particuliers intercèdent en faveur des humains auprès du dieu suprême. Le dieu du fer (Ogoun), le dieu de la variole (Sakpata), la déesse de l’eau (Mami Wata) en sont quelques exemples.

Les divinités du vodoun sont en réalité profondément associées aux forces vitales naturelles. C’est de ces dernières qu’elles tirent leurs pouvoirs et leurs puissances qui, bien qu’elles soient difficiles à comprendre à la dimension humaine, sont très utiles aux hommes.

Si le vodoun est ancré et bâti autour de forces surnaturelles et invisibles, il faut préciser qu’elle n’a rien à voir avec la magie noire ou la sorcellerie.

Au Bénin, le 10 janvier de chaque année est célébrée la fête nationale du vodoun.

Fête nationale vodoun au Bénin : adepte Ganbada

Qu’est-ce que le vodoun ?

Vous ne pouvez bien comprendre le vodoun que si vous maîtrisez son concept. Si sa première syllabe « Vo » signifie « Se mettre à l’aise ou ne pas s’entourer de préjugés », la seconde « Doun » veut dire « Aller chercher, extraire, puiser ».

Les deux définitions mises ensemble, le vodoun veut concrètement dire « Aller chercher l’harmonie, puiser dans l’invisible ces choses dont les hommes ont besoin pour être heureux et s’épanouir dans le monde visible ».

De façon beaucoup plus explicite, le vodoun ne se résume pas à tout ce qui a trait à l’invisible. C’est un art de vivre par lequel l’homme tente de dominer et de domestiquer des forces dont l’explication dépasse son entendement. En plus de capturer ces forces, il s’assure de les maîtriser pour avoir un meilleur contrôle sur son monde et sur les phénomènes naturels qui relèvent du divin.

À titre d’exemple, on peut parler de la mort. Au sens littéral, toute personne qui meurt devient vodoun. Cela ne signifie pas que cette personne sera adorée. Celui qui meurt fait le voyage vers un monde inconnu, un espace divin. De fait, tout phénomène comme la mort qui relève du mystère, qui dépasse les limites de l’imagination est Vodoun.

Les dieux vodoun au Bénin

Le vodoun répond aux quatre éléments divinatoires du cosmos que sont la terre, l’air, l’eau et le feu. Une divinité ainsi que des dérivées sont associées à chacun de ces éléments. On peut en compter des centaines dont voici les plus emblématiques :

  • Sakpata (le dieu de terre qui protège des incidents, aide à avoir des enfants, du travail…) ;
  • Oro (le dieu de l’air qui est partisan de la paix, combat les maladies, les esprits liés à la sorcellerie…) ;
  • Tohossou (le dieu de l’eau qui aide à trouver le chemin du bonheur) ;
  • Hêviosso (le dieu du feu ou tonnerre qui permet notamment d’apaiser la colère du tonnerre, appelle la pluie, permet de nourrir le monde…) ;
  • Egun (l’esprit de la mort dont le rôle est de protéger les vivants des mauvais esprits, apporter la santé et des bénédictions, assurer la protection des forêts…) ;
  • Zangbéto (le gardien de la nuit qui assure la sécurité publique, instaure l’ordre, protège les forêts et bois contre les destructions…)…
  • Legba (dieu de la virilité et protecteur), Caleta, Dan (le serpent arc-en-ciel) et Gu (le dieu du fer) sont d’autres exemples de divinités phares qui peuvent s’ajouter à cette liste.

Ouidah : le siège emblématique de la culture vodoun

On ne peut pas parler du vodoun au Bénin sans faire référence aux territoires sur lesquels il s’est développé avant de se répandre dans le monde. Si Ouidah est une ville religieuse et syncrétique par excellence, il est avant tout le siège du vodoun au Bénin.

De nombreux vestiges et symboles de la culture vodoun sont présents dans cette cité considérée comme la ville spirituelle du Bénin. Ceux que vous ne devez pas du tout rater si vous souhaitez vraiment en savoir davantage sur le vodoun sont :

  • La forêt sacrée de Kpassé avec tous ses mystères ;
  • Le couvent de Dagbo Hounon, le Chef suprême du culte Vodoun ;
  • L’Agadja Lègba ;
  • Le couvent du Zangbéto…

N’oubliez pas de demander à votre guide touristique de vous faire aussi visiter les autres lieux sacrés dédiés au culte vodoun, les divers couvents vodoun, le musée de l’histoire de Ouidah. La traite négrière étant indissociable de l’époque phare du vodoun, pensez également à parcourir la route de l’esclavage pour en savoir davantage sur les rituels vodoun qui lui sont associés.

Un détour à Abomey, la capitale historique du vodoun

C’est à Abomey, plus précisément au XVIIe siècle qu’est né le vodoun. Si c’était la seule culture et religion pratiquée, c’est aussi grâce à lui que le royaume de Danhomè s’est épanoui. Le vodoun s’est développé pour devenir un véritable système culturel.

Éternellement la capitale historique du vodoun, Abomey héberge encore de nombreux attraits et richesses culturelles du vodoun que vous devez absolument visiter. En voici quelques-uns :

  • Des palais royaux où on retrouve des objets culturels vodoun, des sièges royaux, statuettes, bas-reliefs… ;
  • Des palais et temples vodoun ;
  • Des lieux sacrés ;
  • Des vestiges des rois emblématiques…

À Abomey, vous apprendrez énormément sur la culture du vodoun et aurez une meilleure idée de ce qu’elle était quelques siècles plus tôt. Le détour sera passionnant.

Les autres sites emblématiques du vodoun au Bénin

Véritable système culturel et cultuel du Bénin, le vodoun est présent dans presque toutes les sphères de la vie du pays. Outre les villes précédentes, certaines destinations méritent le détour à cause de leur poids et influence dans la pratique et l’animation du paysage culturel vodoun béninois.

Faisons donc une escale forcée à Porto-Novo, une destination incontournable du vodoun. La capitale administrative du Bénin vous séduira par ses joyaux en honneur à la culture du vodoun. Il s’agit notamment de ses musées et palais royaux, du siège mondial du Zangbéto kpakliyahou, des temples vodoun, du Jardin des Plantes et de la Nature…

Quittons Porto-Novo, direction Zakpota où nous découvrirons l’Institut Vodoun Miétonou. Centre de recherche en développement endogène, culturel et touristique, c’est le premier institut de vodoun dans le monde. Dans cette commune, vous pouvez aussi visiter des temples vodoun et la basilique de vodoun (en construction).

D’autres sites touristiques dédiés au culte vodoun sont présents dans d’autres villes du pays, que ce soit au nord, au centre ou au sud. Aller à la découverte du vodoun au Bénin est un voyage sans fin qui ne vous laissera pas indifférent. Cela changera d’emblée votre perception du vodoun dont le concept ne se résume pas une religion ou à des choses mystérieuses.

Adepte Sakpata - vodoun Bénin

Pin It on Pinterest

Partagez l'article

L'article vous a plu ? Laissez un commentaire et partagez-le avec vos amis ! L'équipe vous en remercie.❤️